L’arrivée du métro à Montrouge aujourd’hui !

En passant

Ce n’est pas tous les jours dans une vie (surtout à Paris), qu’on a la chance de vivre la mise en service d’une station de métro.
Aujourd’hui 23/03/2013 a ouverte la station qui prolonge la ligne 4 de la porte d’Orléans à la mairie de Montrouge.
Voici la vidéo de la découverte des montrougiens de leur nouvelle station, et du trajet supplémentaire qui va agrémenter la vie des montrougiens, en supprimant la traversée du périphérique, une vraie plaie qui en a fait déménager plus d’un !
Un moment historique, même si la RATP aurait pu tout de même faire gratuit cette première journée … Mais non, il fallait s’acquitter d’un ticket de zone … 2.
Notez aussi les premiers tags, et la profondeur de la station (15 mètres).
Le trajet depuis la porte d’Orléans est relativement plus long que celui entre les stations parisiennes (200 à 300 mètres en moyenne contre plus de 800 ici).
Plusieurs années de travaux, un bordel incroyable dans notre quartier et sur la porte d’Orléans qui devrait retrouver une forme de quiétude …

J’ai donc pris mon camescope et je suis parti en reportage dans les profondeurs de l’avenue de la République ….

Ressources :

 http://www.leparisien.fr/bagneux-92220/la-ligne-4-du-metro-arrive-a-montrouge-23-03-2013-2663599.php

Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_4_du_métro_de_Paris

http://www.rendezvousavecla4.fr/blog/

 

 

La solitude du coureur blessé

20130220-000849.jpg

La douleur est pile où de trouve mon index. Elle me fait marcher avec une pronation hyper marquée. En clair, je boîte.

La frustration a souvent animé mes sorties, pour tout un tas de raisons… Souffle court, manque de vitesse, technique mauvaise…

Aujourd’hui la motivation prend un coup avec ma blessure de décembre qui revient à l’attaque. Cette fracture de Jones, si c’est toujours elle, s’est ravivée après ma sortie salvatrice de 1:30 hier après midi.

Demain c’est contrôle à l’hôpital et les nouvelles ne seront sûrement pas bonnes. La douleur est là, elle ne me quitte plus.

Pourtant, j’avais réussi à retrouver les sensations, l’envie, le plaisir. J’ai même réussi à effacer les terribles courbatures d’après sorties ce matin, à part cette douleur vive, mes jambes étaient en béton. Tout sera à refaire, un jour, mais je garde espoir pour un éventuel Paris Versailles.